Je perds mon temps au Canada ?

Il y a environ 2 semaines, je suis tombée sur un article intitulé 11 raisons pour lesquelles je perds mon temps au Québec depuis 22 mois. Je l’ai lu et je comptais en rester là. Et puis j’ai vu un billet de Ferdy Pain D’ Epices qui reprenait les points mentionnés dans l’article et parlait de sa propre expérience d’immigration. J’ai trouvé ça génial et j’ai voulu faire le même exercice. Je lui ai demandé l’autorisation pour m’inspirer de son article, elle a dit oui et voilà!

1- Au Québec, Je Perds Mon Temps A Préparer 4 Boîtes A Lunch, 5 Soirs Par Semaine, Pour Mes Enfants

Je n’ai pas 4 enfants mais je comprends. J’avais d’ailleurs fait un billet pour raconter mon aversion de la boite à lunch. Avec le temps c’est devenu plus facile. Je prépare 3 boites à lunch par jour et franchement j’ai fini par trouver un rythme de croisière. Il y a certaines choses que je prépare d’avance et ça me permet de gagner du temps. Je me suis aussi équipée comme il faut. Il y a bien un service traiteur à l’école de Mam’zelle G mais ça coute un bras et franchement les plats ne m’inspiraient pas confiance.  Même constat pour la cafeteria de mon travail, c’est cher et la pauvreté gustative des plats est juste scandaleuse.  Certes, la cantine qu’on avait en France me manque mais je n’irais pas jusqu’à dire que je perds mon temps. Je vois le lunch comme une tâche qui fait à présent partie de ma routine au même titre que la lessive, les courses et le ménage

2- Au Québec, je perds mon temps à habiller mes enfants comme des oignons

J’ai une enfant qui s’habille toute seule. En revanche quand on venait d’arriver il fallait l’habiller mais ça ne me prenait pas des heures. Il faut investir dans un bon manteau et un bon pantalon de neige. Un bon équipement permet de ne pas mettre 10000 couches en dessous ; chose qui est d’ailleurs déconseillée parce qu’on transpire et c’est le meilleur moyen de tomber malade.

3- Au Québec, je perds mon temps à cuisiner, tout ce qui est « cuisinable », à cultiver tout ce qui est « cultivable »

Je ne cultive rien je ne conseille à personne de bouffer des choses que j’aurais plantées et franchement je ne trouve pas mal ce dont j’ai besoin pour faire la cuisine. De plus, il y a des supermarchés à Montréal proposent un service drive pour récupérer ses courses et /ou la livraison à domicile. Effectivement les fruits et légumes sont super beaux et fades dans les gros supermarchés. Mais j’ai appris à consommer les fruits et les légumes de saisons et à aller à la fruiterie de mon quartier ou dans des épiceries spécialisées. Je trouve que les produits sont de meilleure qualité dans ces endroits-là.

4- Au Québec, je perds mon temps à « magasiner » pour essayer de ne pas me faire entuber constamment

Ce n’est pas faux ; il faut souvent comparer les prix et vérifier pour pas ne payer trop cher. Mais pour la nourriture, il y a des applis qui informent sur les promotions en magasin, et certains supermarchés s’alignent sur le prix le moins cher. Il suffit de leur prouver (via l’appli) en caisse que le produit est moins cher dans une autre enseigne et ils s’alignent. Pour les vêtements que je trouve toujours hideux après 6 ans ici, et autres produits (meubles électros etc.)  c’est une autre histoire. Il faut toujours guetter les promotions ou attendre les grosses périodes de surconsommation de soldes (black Friday, boxing day etc.) ou aller dans des outlets / magasin d’usine pour acheter les anciennes collections. On recommande aussi d’acheter les vêtements en fin de saison (les manteaux et autres à la fin de l’hiver et les vêtements plus léger à la fin de l’été). On peut aussi trouver de bonnes affaires en achetant des produits de seconde main auprès des associations (je pense notamment à Renaissance) ou en ligne (kijiji)

5- Au Québec, je perds mon temps (et mon essence) à aller chercher mon courrier

Je ne suis pas concernée mais je sais que ça existe ; tout dépend de l’endroit où on vit. On ne va pas se mentir, je trouve ça nul à chier de devoir aller chercher son courrier. Quand j’étais enfant ma mère avait une boite aux lettres à la poste et il fallait qu’on aille chercher le courrier parce qu’il n’arrivait pas à la maison. Je trouvais ça scandaleux. Elle devait payer en plus pour avoir un numéro de boite aux lettres. C’est nul et c’est une perte de temps totale de mon point de vue…

6- Au Québec, je perds mon temps à faire 4 déclarations fiscales pour mon foyer

Je vois un comptable une fois par an pour faire la déclaration et ça ne me coute vraiment pas cher. Je lui envoie les documents , il prepare tout et on se voit 30 mn pour debrifier et valider. Je ne trouve pas ça plus contraignant que ça.

7- Au Québec, je perds mon temps à trouver un médecin pour ma famille et je perds mon temps à attendre dans son cabinet

Si vous lisez le blog vous savez que le système médical est tout pourri n’est vraiment pas le fort du Québec. Franchement c’est pour moi un des points noirs de cette province. Je ne sais pas à quoi c’est dû mais ce n’est vraiment pas terrible. J’ai eu une bien meilleure expérience en Ontario.

Au Québec : 4 ans pour avoir un médecin de famille qui accepte les enfants. C’est la croix et la bannière pour avoir un RV. J’ai appelé il y a deux semaines et ils n’ont pas de disponibilité pour le moment. Faudra rappeler fin décembre pour voir esperer trouver un créneau fin Janvier. Les cliniques sans RV fonctionnent… avec des RV, il faut aller faire la queue aux aurores pour avoir un ticket et une chance de voir un médecin. Les urgences quant à elles sont super engorgées.

En Ontario : J’ai eu un médecin de famille en quelques semaines. Il était en bas de chez moi, j’avais des RV en 48 heures maximum. Pour les urgences, je pouvais juste aller à la clinique (walk in) et je n’ai jamais passé plus d’une heure dans son cabinet.

8- Au Québec, je perds mon temps à entretenir ma voiture (je vois plus mon garagiste que mon toubib)

J’en suis à ma deuxième voiture ici. Je n’ai pas l’impression de passer ma vie chez le garagiste. Tout dépend peut-être du type de voiture et de son âge ? Je suis allée 3 fois au garage cette année. 2 fois pour des visites de routine et une fois pour faire réparer un pneu crevé. Les pneus d’hiver sont obligatoires ici ; je ne vais pas chez le garagiste pour ça. J’utilise les services d’une entreprise qui se déplace sur mon lieu de travail. Je leur dépose mes clés en arrivant le matin et je récupère Cristiano oui ma voiture a un prénom faut me laisser le soir avant de rentrer. Ils font aussi le changement d’huile et ce n’est pas plus cher qu’au garage.

9- Au Québec, je perds du temps à me conformer aux règles et règlements parfois ubuesques mais que tout le monde fait appliquer à la lettre (même quand c’est con)

Honnêtement ce n’est pas pire ou meilleur que dans les autres pays ou j’ai vécu. Il y a des règles/ lois / règlements que je trouve nazes mais c’était pareil en France les copies  certifiées conformes de moins de 3 mois qui doivent être signées par le descendant direct de Clovis et qu’on doit fournir pour tout et n’importe quoi on en parle?, au Sénégal et au Togo. Ça fait partie du package.

10- Au Québec, on perd aussi du temps de vie a déneiger/ramasser les feuilles qui tombent en masse / tondre

J’ai un grand terrain et je n’ai pas de garage. Effectivement je suis obligée de déneiger et ramasser les feuilles mais c’est un choix. J’ai déjà vécu dans des endroits où je n’avais pas à faire tout ça. Je ne le considère pas comme une perte de temps. C’est pénible certes mais encore une fois c’est devenu partie intégrante de ma routine un peu comme toutes les autres tâches ménagères. Je le fais avec Mam’zelle G qui râle mais ça me permet de passer du temps avec elle. J’essaie aussi de rendre ces activités plus ludiques en les faisant en musique par exemple.

11- Au Québec, on travaille plus et on oublie les 35h/semaine et les 5 semaines de congés payés

J’en suis à ma troisième entreprise au Canada et à la deuxième au Québec. Je travaille 35h par semaine et j’ai 3.5 semaines de congés payés. J’ai aussi l’option de faire mes 35h sur 4.5 jours afin de prendre mes vendredis après-midi et ce toute l’année. L’entreprise propose aussi de travailler de la maison un jour par semaine et pendant toutes les vacances de Noël. Je n’ai pas à inventer de RV mystère ou de maladies imaginaires ; je préviens juste, la veille, que je travaillerai de la maison. Pour ce qui est des horaires de travail, je dois d’être disponible entre 10 et 15h pour les réunions. Dans mon entreprise précédente, je travaillais 40h par semaine. Je pouvais prendre un vendredi sur deux pendant l’été si les heures étaient faites ; je pouvais travailler de la maison et j’avais 4.5 semaines de congés. Effectivement, j’ai moins de congés qu’en France (7 semaines) mais je n’ai pas l’impression de travailler beaucoup plus. Je trouve les horaires beaucoup plus flexibles. Après comme je dis toujours, en fonction du type de poste et du domaine, on peut avoir des emplois du temps plus ou moins chargés. Mais à titre personnel, c’est beaucoup plus simple pour moi d’être une maman qui travaille au Québec que ça ne l’était en France ou en Ontario. En revanche, pour voyager c’est compliqué.

Pour conclure, je dirais que chaque expérience est unique. Même si j’ai trouvé l’article original hyper dur, il est réaliste. Je n’ai aucune légitimité pour critiquer ou commenter l’expérience de cette personne. Je pense aussi que l’immigration (que ce soit au Canada ou ailleurs) n’est pas faite pour tout le monde. Je l’ai dit en long en large et en travers sur le blog, c’est une aventure extraordinaire mais elle est éprouvante, peut s’averer épuisante et demande une grande capacité d’adaptation.

Cliquez ici pour lire l’article de Ferdy Pain d’Epice et pour découvrir l’article original, c’est par ici . Bonne lecture!

 

 

La photo est de me, myself and I 



Catégories :Les Gaous au Canada

Tags:, , , ,

2 réponses

  1. C’est top que tu l’aies fait ! les experiences et ressentis de chacun sont tellement differents.

  2. Je n’ai pas encore lu les deux articles, seulement le tien. Je me retrouve dans certaines « pertes de temps », mais j’arrive de moins en moins à comparer la France et le Canada. Trop longtemps que je suis là, trop de choses qui changent tout le temps…

    J’ai l’impression de « gagner du temps » sur certaines choses. Par exemple, la manière de travailler ici (je parle pour l’Ontario) est straightforward. Je travaille, je facture, je suis payée… je n’envie pas mes proches en France qui galèrent plus que moi. Par contre, je perds du temps avec le GROS facteur « hiver » (c’est pas juste il fait froid, c’est toute la logistique que ça entraîne et que les gens ont du mal à imaginer!) et je suis bien consciente que je n’ai aucun filet de sécurité ici.

    Ceci dit, comme je n’ai pas immigré ici « pour une vie meilleure », je ne me sens pas flouée. J’imagine que c’est différent pour les professionnels à qui le Québec promet monts et merveilles.

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :